Dark City

Citations « Dark City » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Dark City est un film américain de science-fiction réalisé par Alex Proyas et sorti en 1998.

Introduction[modifier]

Dr Schreber : Au commencement étaient les ténèbres. Puis vinrent les Étrangers.
Leur race venait du fond des temps. Ils avaient maîtrisé l'ultime technologie, la capacité de modifier la réalité physique par la seule volonté. Ils appelaient cette capacité "syntonisation". Mais ils mouraient. Leur civilisation déclinait. Ils abandonnèrent leur monde, ils cherchèrent un remède à leur propre mortalité. Leur interminable voyage les conduisit vers un petit monde bleu, dans le coin le plus reculé de la galaxie. Notre monde ! Ils pensait avoir enfin trouvé là ce qu'ils recherchaient.
Je suis le docteur Daniel Paul Schreber. Je ne suis qu'un homme. J'aide les Étrangers à mener leurs expériences. J'ai trahi ma propre espèce.

  • (en) First there was darkness. Then came the strangers. They were a race as old as time itself. They had mastered the ultimate technology. The ability to alter physical reality by will alone. They called this ability "Tuning". But they were dying. Their civilization was in decline, and so they abandoned their world seeking a cure for their own mortality. Their endless journey brought them to a small, blue world in the farthest corner of the galaxy. Our world. Here they thought they had finally found what they had been searching for. My name is Dr. Daniel Paul Schreber. I am just a man. I helped the strangers conduct their experiments. I have betrayed my own kind.
  • Kiefer Sutherland, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Docteur Daniel Schreber[modifier]

Dr SchreberMr Livre) : Vous avez peut-être enfin trouvé ce que vous voulez et c'est en train de se retourner contre vous.

  • Kiefer Sutherland, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Dr Schreber : C'est notre aptitude à l'individualité, nos âmes, qui nous rend différents d'eux. Ils pensent pouvoir découvrir l'âme humaine s'ils comprennent comment fonctionne notre mémoire. Eux n'ont qu'une mémoire collective. Ils partagent une seule pensée de groupe. Ils sont en train de mourir. Leur espèce entière est sur le point de s'éteindre. Ils pensent que nous pouvons les sauver.

  • Kiefer Sutherland, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Dr Schreber : Vous devez vous demander pourquoi je m'obstine à apparaître dans vos souvenirs. C'est parce que je me suis inséré parmi eux. Ces souvenirs ont été fabriqués pour vous apprendre qui sont les Étrangers. Pour vous donner la connaissance d'une vie en une seule seringue.

  • Kiefer Sutherland, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


John Murdoch[modifier]

John Murdoch (à l'Insp. Bumstead) : La lumière du jour. Quelle est la dernière fois où vous vous souvenez l'avoir vue ?

  • Rufus Sewell, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


John Murdoch : Je ne suis même pas sûr que le soleil existe dans cet endroit. Parce que je suis debout depuis des heures et des heures et des heures et la nuit n'en finit jamais.

  • Rufus Sewell, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Inspecteur Frank Bumstead[modifier]

Insp. Bumstead : Quel genre de tueur a le réflexe de sauver un poisson rouge ?

  • William Hurt, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


[Après que Murdoch se soit enfui malgré ses sommations.]
Insp. Bumstead (ironique) : Personne ne m'écoute jamais !

  • William Hurt, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Insp. Bumstead (au Dr Schreber) : Je crois savoir parfaitement quand quelqu'un me ment, docteur.

  • William Hurt, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Monsieur Main (Mr Hand)[modifier]

Mr MainJohn Murdoch) : Vous venez apparemment de découvrir votre détestable nature.

  • Richard O'Brien, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Mr Main : L'instinct est irrationnel, Mr Mur, mais nous devons aller où il nous conduit.

  • Richard O'Brien, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Mr MainJohn Murdoch) : Je suis devenu le monstre que vous auriez dû être.

  • Richard O'Brien, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Monsieur Livre[modifier]

Mr Livre : Il est temps que notre expérience entre dans sa phase finale. Nous n'avons plus besoin des autres sujets. Le temps de l'étude est révolu. Il est temps de ne faire plus qu'un avec John Murdoch.

  • Ian Richardson, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Détective Eddie Walenski[modifier]

Eddie Walenski : Ils nous observent ! On n'a aucune issue !

  • Colin Friels, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Eddie Walenski : J'ai essayé de me souvenir de choses, clairement, de me souvenir de choses de mon passé. Mais plus je m'efforce de me souvenir, plus les choses commencent à partir en lambeau.

  • Colin Friels, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Eddie Walenski : C'est comme si j'étais en train de rêver cette vie-là. Et quand finalement je me réveillerai, je serai quelqu'un d'autre, quelqu'un de totalement différent.

  • Colin Friels, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Eddie WalenskiJohn Murdoch) : Y a pas d'issue. On ne peut pas sortir de cette ville. Croyez moi, j'ai déjà essayé.

  • Colin Friels, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Dialogues[modifier]

[Sur la scène de crime]
Insp. Bumstead : On en est à combien maintenant, Husselbeck ? Six prostituées en tout ?
Off. Husselbeck : Je pense que c'est ça, inspecteur.
Insp. Bumstead : Travail constant, 20/20 !

  • William Hurt et Mitchell Butel, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


[May, une prostituée, s'interpose alors que deux policiers asticotent John Murdoch dans le restaurant.]
May (à deux policiers) : Vraiment vous n'avez rien de à faire, bande de couillons ?
Policier : J'essaie juste de faire mon boulot, May.
May : Il y a un tueur qui rode, dehors, au cas où vous ne seriez pas au courant. Vous feriez peut-être mieux de courir après au lieu de vous la couler douce !

  • Melissa George, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


John Murdoch : J'étais en train de penser que ce que tu fais me parait plutôt dangereux. Là, maintenant, comment tu peux être sure que je ne suis pas le tueur ?
May : T'as pas vraiment le profil d'un assassin, mon chou. Pourquoi ? T'es si pressé que ça de me montrer que t'en es un ?

  • Rufus Sewell et Melissa George, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Insp. Bumstead : Tu as découvert quelque chose, Eddie ? Un élément nouveau dans l'affaire ?
Eddie Walenski : Y a pas d'affaire ! Y en n'a jamais eu ! Tout ça n'est qu'une monstrueuse farce.

  • William Hurt et Colin Friels, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Mr Livre : Pourquoi Murdoch ne s'est pas endormi lors de la syntonisation comme les autres ?
Dr Schreber : Je ne sais pas. Il est peut-être à un niveau supérieur sur l'échelle de l'évolution. Un accident de la nature. Il s'adapte pour survivre.

  • Ian Richardson et Kiefer Sutherland, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


[Mr Main vient de se faire implanter les souvenirs de John Murdoch.]
Mr Livre : Est-ce fait ?
Mr Main : Oh oui. (...) J'ai John Murdoch à l'esprit.

  • Ian Richardson et Richard O'Brien, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas


Mr Mur : Vous allez encore recevoir des choses bientôt, Anna.
Emma Murdoch : Je ne suis pas Anna.
Mr Mur : Vous le serez bientôt.

  • Bruce Spence et Jennifer Connelly, Dark City (1998), écrit par Alex Proyas