Cormac McCarthy

Citations « Cormac McCarthy » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Cormac McCarthy est un écrivain américain né le 20 juillet 1933 à Providence, Rhode Island (États-Unis). On le compare régulièrement à William Faulkner et, plus rarement, à Herman Melville.

L'Obscurité du dehors, 1968[modifier]

C'est une chose sacrée, une famille. Une obligation sacrée.

  • L'obscurité du dehors, Cormac McCarthy, éd. Actes Sud, 2008, p. 46


Réfléchis longtemps et tu réfléchiras mal.

  • L'obscurité du dehors, Cormac McCarthy, éd. Actes Sud, 2008, p. 118


Les gens durs font les temps durs.

  • L'obscurité du dehors, Cormac McCarthy, éd. Actes Sud, 2008, p. 178


Un homme ne peut jamais savoir quel jour sera son dernier jour dans cette vallée de larmes.

  • L'obscurité du dehors, Cormac McCarthy, éd. Actes Sud, 2008, p. 211


La grâce de Dieu n'est pas une chose facile à porter. Elle aveugle un homme plus facilement qu'on imagine.

  • L'obscurtié du dehors, Cormac McCarthy, éd. Actes Sud, 2008, p. 212


Méridien de sang, 1985[modifier]

On a du mal à savoir ce qu'on a dans la tête parce qu'on a que sa tête pour le savoir.

  • Méridien de sang, Cormac McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 1998, p. 29


On voit ce qu'on a envie de voir.

  • Méridien de sang, Cormac McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 1998, p. 82


Car chaque feu est tous les autres feux, le premier feu et le dernier qui sera jamais.

  • Méridien de sang, Cormac McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 1998, p. 307


Car l'existence possède un ordre qui lui est propre, et cela nulle intelligence humaine ne peut l'appréhender, cette intelligence elle-même n'étant qu'un fait parmi d'autres.

  • Méridien de sang, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 1998, p. 308


Avant que l'homme existe la guerre l'attendait. Le metier suprême attendait son suprême praticien.

  • Méridien de sang, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 1998, p. 312


La mémoire des hommes est incertaine et le passé qui a été n'est pas très différent du passé qui n'a pas existé.

  • Méridien de sang, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 1998, p. 411


De si jolis chevaux, 1992[modifier]

On n'est pas maître de ses sentiments.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes sud, 1998, p. 35


On sait jamais quand on aura besoin de ceux qu'on a méprisés.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 84


La connerie est jamais arrivée toute seule.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 91


Les cicatrices ont l'étrange pouvoir de nous rappeler que notre passé est réel.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 154


Dans un monde idéal le bavardage des oisifs seraient sans conséquence.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 155


Ce qui est sacré est sacré.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 164


Il n'y a pas plus terrible monstre que la raison.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 166


On n'a jamais autant de temps qu'on le croit.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 218


On n'accepte pas volontiers l'idée d'un sang souillé. L'idée d'une famille maudite.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 258


Tant de choses dépendent du hasard.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 266


La communion la plus profonde est celle de la douleur.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes sud, 1998, p. 268


Le monde est tout a fait impitoyable quand il faut choisir entre le rêve et la réalité, même si nous ne voulons pas choisir. Entre le désir et la chose il y a le monde qui attend.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 269


Si le destin est la loi alors est-ce que le destin est aussi soumis à cette loi ?

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 271


Le meilleur moment c'est toujours maintenant.

  • De si jolis chevaux, Cormack McCarthy, éd. Actes Sud, 1998, p. 325


Le grand passage, 1994[modifier]

Car si le monde semble être un lieu où résident les hommes c'est dans l'homme en réalité que réside le monde et pour le connaître c'est donc là qu'il faut chercher et apprendre à connaître le cœur des hommes et pour cela il faut vivre avec les hommes sans se contenter de passer parmi eux.

  • Le grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 152


Les choses n'ont aucun sens indépendamment de leur histoire.

  • Le grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 161


Tout homme sait au fond de lui que quelque chose est averti de son existence.

  • Le grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 168


Les actes trouvent leur existence dans le témoin.

  • Le grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 175


Ce qui fait de quelqu'un un bon ennemi en fait aussi un ami fidèle.

  • Le grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 430


Le monde ne peut pas se perdre. Mais nous, nous le pouvons.

  • La grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 432


Car en fin de compte la vérité ne perdure que dans la parole.

  • Le grand passage, Cormack McCarthy, éd. Éditions du Seuil, 1997, p. 458


Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, 2005[modifier]

Les histoires passent de génération en génération et la vérité on passe par-dessus.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 119


Quelque part au monde il y a l'homme le plus invicible. De même il y a quelque part le plus vulnérable.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 134


Chaque jour qui passe joue contre nous. La temps n'est pas de notre côté.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme., Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 205


Il vous arrive les choses qui vous arrivent. Elles ne frappent pas avant d'entrer.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 210


Chaque chose que tu fais tu la fais pour toujours. Tu ne peux pas l'effacer.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 216


La perspective de profits démesurés incite les gens à surestimer leurs propres aptitudes.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 239


Les chose qui ont une destination commune suivent le même chemin.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 244


C'est un travail de toute une vie de se voir tel qu'on est réellement et même alors on risque de se tromper.

  • Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, Cormack McCarthy, éd. Éditions de l'Olivier, 2006, p. 281


La Route, 2008[modifier]

On oublie ce qu'on a besoin de se rappeler et on se souvient de ce qu'il faut oublier.


Ce que l'on déforme dans le souvenir a encore une réalité, connue ou pas.


Quand tu n'as rien d'autre, construis des cérémonies à partir de rien et anime-les de ton souffle


Autres projets: