Benito Mussolini

Citations « Benito Mussolini » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Benito Mussolini

Benito Amilcare Andrea Mussolini dit Il Duce (le chef) (né le 29 juillet 1883 à Dovia di Predappio dans la province de Forlì-Césène dans la région Émilie-Romagne en Italie, mort le 28 avril 1945 à Giulino di Mezzegra), est un journaliste et homme politique italien.

Fondateur du fascisme, il est premier ministre du Royaume d'Italie avec des pouvoirs dictatoriaux du 31 octobre 1922 au 25 juillet 1943, premier maréchal d'empire du 30 mars 1938 au 25 juillet 1943 et président de la République sociale italienne de septembre 1943 à avril 1945.

Citations[modifier]

Je suis réactionnaire parce qu'antiparlementaire, antidémocrate et antisocialiste.

  • L'Action française, Eugen Weber, éd. Hachette, coll. Pluriel, 1990, p. 157


Notre doctrine est le fait. Nous devons nous affirmer partout où nous allons.

  • Le vingtième siècle, Marc Nouschi, éd. Armand Collin, 2000, p. 135


Notre système n'est ni le capitalisme d'État ni le collectivisme, mais une création intermédiaire. Je pense que l'ordre social prime l'ordre économique.


J'estime que l'Etat doit intervenir le moins possible. J'ai laissé conduire au cimetière bien des banques. J'ai préféré les laisser mourir que d'infliger au contribuable italien des charges de plus en plus lourdes pour sauver des imbéciles ou des voleurs.


Je n'ai pas permis non plus que la faillite devienne en Italie une nouvelle industrie. Pour tous ceux dont les agissements apparaissent nettement frauduleux, même si le code ne permet pas toujours de les atteindre, je n'hésite pas à les envoyer au "confino".

  • Le confino est une assignation à résidence dans les îles.


Les glandes interstitielles de tous les chimpanzés de l'Equateur ne suffiraient pas à rendre la virilité à un vieillard en décrépitude. Les conditions de l'Etat libéral italien le rendent digne, à peine, de l'Alaïa funèbre du fascisme.

  • Il s'agit d'une référence au chirurgien Serge Voronoff et à ses greffes.
  • « Portrait du dictateur », Benito Mussolini, faite le 18 août 1922, cité par Domenico Russo, La Nouvelle Revue d'Histoire (ISSN 1764-2019), nº 6, mai-juin 2003, p. 54


L'Europe peut saisir à nouveau le gouvernail de la civilisation mondiale si elle arrive à réaliser un tant soit peu d'unité politique.

  • « Paroles d'Européens : ils ont osé le dire », Benito Mussolini, observatoiredeleurope.com, 14 novembre 1933 (lire en ligne)


Citation rapportée[modifier]

L'homme moderne a une tendance étonnante à croire.

  • Manager en toutes lettres, guide d'action et de culture (1995), François Aélion, éd. Les éditions d'organisation, 1999 (ISBN 2-7081-1803X), p. 113


Autres projets: