Alexandre Koyré

Citations « Alexandre Koyré » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Koyré

Alexandre Koyré (né le 28 août 1892 à Taganrog, Russie, mort en 1964 à Paris), est un philosophe et historien des sciences français d’origine russe.

Des Révolutions des Orbes Célestes (1934)[modifier]

Il semble s'être attaché à l'astronome Albert de Brudzewo qui, en 1482, avait écrit pour ses élèves un commentaire des Theoricœ novae planetarum de Peurbach[1] et qui, depuis 1490, y enseignait la philosophie, c'est-à-dire, y commentait Aristote[2].

  • Des Révolutions des Orbes Célestes (1543), Nicolas Copernic (trad. Alexandre Koyré), éd. Librairie Félix Alcan, 1934, partie Introduction, p. 5-6


En effet, lorsque l'on voit l'image schématique du système du monde copernicien on est frappé par sa simplicité et sa beauté esthétique. Une impression trompeuse cependant : le nombre des cycles n'était pas aussi grand dans l’astronomie ptoléméenne que le dit Copernic. Ils ne manquaient d'ailleurs pas dans la sienne. En fait, il en garde trente-quatre[3]. Six mouvements, voilà tout ce que l'on gagne. Ceux qui pensèrent que cela ne valait pas le coup n'étaient vraiment pas tellement à blâmer.

  • Des Révolutions des Orbes Célestes (1543), Nicolas Copernic (trad. Alexandre Koyré), éd. Librairie Félix Alcan, 1934, partie Introduction, p. 18-19


Notes et références[modifier]

  1. Commentariolum super theorisas novas planetarum Georgii Peurbachii per Mag. Albertum de Brudzewo, Mediolanum, 1495. Réédité par M. L- A. Birhenmajer, Cracovie, 1900.
  2. A. de Brudzewo ne faisant plus de cours publics d'astronomie, on admet qu'il aurait donné à Copernic des leçons particulières. Quoi qu'il en soit, si Copernic a pu apprendre chez A. de Brudzewo le métier d'astronome, ce n'est pas lui qui lui a donné l'idée de l'astronomie nouvelle.
  3. Sept pour Mercure, cinq pour Vénus, trois pour la terre, cinq pour Mars, cinq pour Jupiter, cinq pour Saturne et quatre pour la lune.

Autres projets: