Épictète

Citations « Épictète » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Épictète

Épictète (Hiérapolis, Phrygie, 50 — Nicopolis, Épire 125 ou 130) était un philosophe de l’école stoïcienne.

Manuel d'Épictète[modifier]

C'est la marque d'un petit esprit de s'en prendre à autrui lorsqu'il échoue dans ce qu'il a entrepris ; celui qui excerce sur soi un travail spirituel s'en prendra à soi-même ; celui qui achèvera ce travail ne s'en prendra ni à soi ni aux autres.


N'attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites ; décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux.


Personne ne te fera de mal, à moins que tu n'y consentes ; le mal ne viendra que lorsque tu jugeras qu'on te fait du mal.


Quand il te vient l'envie d'un plaisir, comme pour les autres sortes de représentations, prends garde de ne pas céder à sa violence : laisse reposer la chose et accorde-toi un délai ; songe à ces deux instants : celui où tu goûteras le plaisir et celui où, après y avoir goûté, tu en auras le regret et tu t'insulteras toi-même tout bas. Oppose à celà la joie que tu éprouveras et les louanges que tu t'adresseras si tu t'abstiens. Si tu trouves opportun de passer à l'acte, fais attention de ne pas succomber à la douceur agréable et séduisante de la chose. Image, pour y résister, combien précieuse est la conscience d'avoir remporté cette victoire-là.


Ni les victoires de Jeux Olympiques, ni celles que l'on remporte dans les batailles, ne rendent l'homme heureux. Les seules qui le rendent heureux sont celles qu'il remporte sur lui-même. Les tentations et les épreuves sont des combats. Tu as été vaincu une fois, deux fois, plusieurs fois; combats encore. Si tu es enfin vainqueur, tu seras heureux toute ta vie, comme celui qui as toujours vaincu.

  • Manuel, Épictète (trad. Mr Dacier), éd. Frères Walter, 1780, § 63, p. 162


Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, ce sont les opinions qu'ils en ont.

  • Manuel, Épictète (trad. Mr Dacier), éd. Frères Walter, 1780, § 10, p. 6


Ce n'est pas en lui mettant de l'herbe sous le nez que les moutons montrent au berger qu'ils ont bien mangé ; c'est à leur laine qu'on s'en aperçoit, après qu'ils ont digéré leur nourriture ; eh bien, fais de même : ne va pas mettre sous le nez des profanes les principes de la philosophie, fais-leur voir les effets quand tu les as digérés.


Souviens-toi que ce qui te cause du tort, ce n'est pas qu'on t'insulte ou qu'on te frappe, mais l'opinion que tu as qu'on te fait du tort. Donc, si quelqu'un t'a mis en colère, sache que c'est ton propre jugement le responsable de ta colère.

  • Manuel, Épictète, éd. En ligne, 1889, § XX, p. variable}


Je suis une partie de tout, comme l'heure est une partie du jour.

  • Manuel, Épictète (trad. Mr Dacier), éd. Frères Walter, 1780, § 2, p. 99


Autres projets: